L'Odyssée
Page 40 sur 42
Chant XXIV: Ulysse retrouve Laërte
Hermès conduisit aux Enfers les âmes des prétendants. Alors les âmes des héros s'assemblèrent autour d'Agamennon. Etonnés de cette foule nombreuse et compacte de jeunes victimes qui s'avançaient d'un seul groupe, ils apprirent d'elles la cause de leur mort. Alors, dans les Enfers même, le courage d'Ulysse et la chasteté de Pénélope reçurent les éloges, de la part d'Agamennon surtout,dont la destinée, sous ce double rapport, avait été bien différente.
Le lendemain, dès l'aube, Ulysse fit ses adieux à Pénélope en lui recommandant de ne pas quitter sa chambre. Il partit avec Télémaque voir son père dans sa retraite de la campagne. Deux fidèles bergers l'accompagnaient. Ils traversèrent la ville, mais il était si tôt que personne ne les vit. 
Quand ils arrivèrent à la maison de Laërte, elle était vide : tous étaient dans les champs. Ulysse partit lui-même à la recherche de son père. Il le trouva dans le verger, sarclant la terre autour d'un buisson. Sa figure était sillonnée de rides et portait les marques de la souffrance causée par l'absence de son fils. 
Le cœur d'Ulysse se mit à battre de chagrin. Il ne se fit pas reconnaître mais fit semblant de rechercher le fils de Laërte, Ulysse, qu'il avait, disait-il, rencontré cinq ans auparavant. 
Dès que le vieillard entendit le nom de son enfant, ses yeux s'emplirent de larmes et sa voix trembla.  Alors Ulysse ne put se cacher davantage : il lui montra sa cicatrice et lui parla des arbres que son père lui avait donnés. Dès qu'il comprit son bonheur, le vieil homme défaillit de joie. Mais un instant plus tard, il était revenu à la vie avec la même ardeur que s'il était redevenu jeune. Tous deux rentrèrent à la maison où Laërte prit un bain, s'aspergea d'huiles odorantes et se vêtit d'un magnifique manteau de laine. Ainsi transformé, il s'assit à table avec son invité, en plaisantant et en riant. 
Ulysse raconte son voyage à Pénélope
 d'après Le Primatice
Pénélope et Ulysse (1802) 
J.H.W TISCHBEIN