L'Odyssée
Page 35 sur 42
Chant XVIII: L'affrontement d'Iros et d'Ulysse
Alors que le jour tombait, apparut à la porte de la salle un autre mendiant. 
Son nom était Iros et il était connu de toute la ville. Bien qu'il ne fût pas très fort, il était énorme. Dès qu'il aperçut Ulysse sur le seuil il essaya de le déloger et se moqua de lui. Ulysse répondit doucement :  
«Il y a assez de place pour nous. deux.  Nous sommes tous deux mendiants.  Pourquoi se disputer?» 
Mais Iros répondit par un flot d'insultes et continua à le molester. Les soupirants écoutaient la querelle en riant. Alors Antinoos eut une idée : 
«Amis, » dit-il «ce serait bien amusant de les voir se battre. Je propose de récompenser le vainqueur avec le plus grand boudin. Par la suite, il festoiera avec nous et sera le seul pauvre admis dans la maison.» 
Les convives acceptèrent joyeusement la proposition d'Antinoos, mais Ulysse fit semblant d'hésiter. Il leur demanda de ne pas s'interposer dans le combat et de ne pas aider Iros. Ceux-ci donnèrent leur accord et Télémaque fit de même, en sa qualité d'hôte. 
Ulysse releva alors les haillons qui lui couvraient les jambes, découvrant des cuisses et des mollets musclés. Il dénuda aussi sa poitrine et les soupirants de Pénélope furent impressionnés par sa puissance. Dès lors, ils ne doutèrent plus de la défaite d'Iros qui tremblait de peur à la vue de cette force tranquille. 
Ulysse se demanda un instant s'il frapperait doucement le mendiant ou s'il l'atteindrait de toute sa force. Il opta pour la première manière. Iros attaqua le premier.  
Ulysse riposta sans trop d'acharnement, mais déjà son adversaire était tombé à terre en pleurant. Le vainqueur saisit le mendiant par le col et l'entraîna dans la cour où il l'assit devant le portail. «Tu peux rester là,» lui dit-il, «et chasser les cochons et les chiens, mais n'essaie pas de régner sur les étrangers et les mendiants.» 
Lorsqu'il rentra au palais, les prétendants l'acclamèrent bruyamment et Antinoos lui donna le plus gros des boudins. Ils fêtèrent encore longtemps son succès et ce n'est que tard dans la nuit qu'ils allèrent se coucher. 
Ulysse combattant Iros 
Lovis Corinth
1858-1925