L'Odyssée
Page 31 sur 42
Il tua même en son honneur deux cochons de lait, les découpa et les fit griller tout en parlant à l'étranger : 
« Je ne peux t'offrir que ces deux petites bêtes, » dit-il, «celles qui sont engraissées, je dois les donner au palais où les prétendants festoient nuit et jour. Les troupeaux diminuent de façon inquiétante pendant que les caves et les greniers se vident. Si mon pauvre maître était là, il y mettrait certainement bon ordre. Mais les dieux seuls savent où il est enterré. Il y a des années qu'il est parti se battre à la guerre de Troie. S'il était vivant, il serait sûrement déjà revenu, car le combat est fini depuis longtemps. » 
Le berger déposa la viande rôtie devant Ulysse et lui versa du vin dans un bol de bois. 
Lorsque le voyageur eut repris un peu de forces, il dit au porcher: 
«Voilà des années que j'erre sur les mers et à travers les terres. Dis-moi quel est le nom de ton maître, peut-être l'ai-je rencontré.» 
« Mon pauvre seigneur,» répondit l'homme, «s'appelait Ulysse. Il était bon et juste, je ne reverrai jamais de ma vie un roi aussi valeureux. » 
«Si ton maître est Ulysse,» dit le héros travesti, «je peux jurer qu'il reviendra cette année.Tu me récompenseras de ce que je te dis dès qu'il sera apparu au palais royal.» 
«Tant pis pour ton serment,» dit le berger sceptique, «de toute façon tu n'auras pas de récompense car Ulysse ne reviendra pas. Je suis aussi inquiet pour son fils, Télémaque : il est parti chez le roi Ménélas, et l'on dit que les prétendants ont envoyé un bateau pour lui tendre une embuscade et le tuer. Mais maintenant, cher invité, c'est à toi de me raconter d'où tu viens et qui tu as rencontré sur ta route. »
Ulysse chez Eumée
André Dussarthon
Enlumineur français