L'Odyssée
Page 22 sur 42
«Jure,» lui répondit-il sans abaisser son arme, «jure que tu ne me feras jamais aucun mal.» 
L'enchanteresse en fit le serment. Alors il accepta son hospitalité et déposa son épée. Des servantes préparèrent un festin et un bain pour le courageux voyageur. Quand Ulysse se fut rafraîchi et qu'il eut revêtu les nouveaux vêtements offerts par Circé, il s'assit à la table couverte de mets de choix. Pourtant il ne mangeait pas et restait immobile, le regard triste. 
« Pourquoi refuses-tu de goûter à notre repas ?» demanda la magicienne. «Peut-être es-tu habitué à une nourriture plus raffinée ? » 
« Comment pourrais-je me réjouir alors que mes amis souffrent?» répondit le héros. «Libère-les de ton envoûtement et j'oublierai ma tristesse.» 
La jeune femme accéda à la requête d'Ulysse. Elle sortit dans la cour, ouvrit les portes de la porcherie et frotta chaque animal avec un onguent magique. Aussitôt, des hommes vigoureux réapparurent et  entourèrent leur chef. Ils le remercièrent chaleureusement de les avoir délivrés. Circé proposa à Ulysse de faire venir le reste des marins. Ceux-ci halèrent leur bateau sur le sable avant de se joindre à leurs compagnons. La magicienne et ses nymphes les reçurent toute une année, durant laquelle se déroulèrent fêtes et jeux.
Au bout d'une année, Ulysse demanda à Circé de les laisser partir, lui et ses compagnons. 
« Je ne peux pas vous retenir malgré vous.» dit-elle.« Mais si vous voulez écourter votre voyage, vous devrez descendre au royaume des ténèbres et demander un augure à l'ombre du prophète  Tirésias.» 
Le héros était troublé par l'idée de cette dangereuse expédition, mais la magicienne le rassura : « Ne crains rien, Ulysse. Fais hisser les voiles : le vent se chargera de t'emmener à destination. Lorsque tu auras traversé l'océan, tu apercevras une côte plate ornée d'un bosquet de saules et de noirs peupliers.C'est le bosquet de la déesse Perséphone et c'est aussi l'entrée du royaume des ombres. Tu devras alors t'avancer tout seul et trouver un endroit isolé où tu creuseras un trou et sacrifieras aux morts un bélier et une brebis noirs. L'odeur du sang des bêtes immolées fera sortir les ombres des défunts et ils te demanderont à boire. Mais tu les en empêcheras avec ton épée et ne leur permettras de s'approcher que lorsque tu auras obtenu l'augure de Tirésias.» Circé choisit alors une brebis noire et un bélier de même couleur, les donna au héros et lui souhaita un bon voyage.
Ulysse et Circé
Jan Van Biljert  (1597-1671)