Là régnait Anios, prêtre d'Apollon et vieil ami d'Anchise. Les Troyens consultèrent l'oracle du dieu pour connaître leur destination. Celui-ci leur répondit de chercher "la mère antique" où Enée et ses descendants règneraient pour toujours. Anchise pensa qu'il s'agissait de l'île de Crète, berceau de la civilisation de l'Hellade, là où Rhéa avait donné le jour à Zeus. La flotte partit donc pour les îles Cyclades et arriva sur les rivages des anciens Curètes. 
Enée fit immédiatement édifier les murs de la ville qui devait être la nouvelle patrie définitive. Il l'appela Pergame comme le rocher de Troie. Son peuple se partagea les champs et construisit des maisons ; il était heureux d'avoir retrouvé une vie normale sur une terre qui semblait féconde. Mais ce n'était pas ce que le Destin avait décidé. La peste détruisit, en effet, tout ce qui avait été péniblement construit. Les Pénates de Phrygie parlèrent alors en songe à Enée pour l'avertir que la Crète n'était pas l'endroit auquel se référait l'oracle. La terre qui revenait à son peuple était, par contre, la fertile Italie, "la mère antique", car c'est de là qu' était arrivé en Phrygie l'étrusque Dardanos, ancêtre des Troyens.  
Anchise qui se rappelait les histoires anciennes confirma cette prédiction. Énée et ses compagnons rendirent hommage à leurs ancêtres, et se dirigèrent vers l’Italie, terre d’où Dardanos était originaire.
L'Enéide
Claude Lorrain,
Paysage avec Enée à Délos, 1672. 
Londres, National Gallery. 

     L’île des Harpies : Trois jours de tempête firent d'abord dévier les navires de leur route. Puis, Enée gagna les îles Strophades où s'étaient réfugiées les Harpies après avoir été chassées de la maison de Phinée.Les Harpies étaient des créatures dotées de corps d’oiseaux et de visages de femmes (souvent au nombre de trois,elles étaient des divinités de la dévastation et de la vengeance 
Page 3 sur 21