Les partisans de la guerre eurent alors à subir un nouveau revers, apprenant que le héros grec Diomède ne les aideraient pas contre les Troyens. En effet, celui-ci s’était réfugié en Italie suite à la guerre de Troie, fuyant la colère d'Aphrodite.
L'Enéide
La déesse, qui avait été blessée par le Grec au cours d’une bataille, avait décidé de se venger (elle avait alors fait en sorte que la reine Aegialé, la femme de Diomède, le trompe. Ce dernier avait fui la Grèce dès son retour de Troie). Le Grec ne voulait plus avoir à subir la colère d'Aphrodite, qui était la mère d’Énée. En outre, il prévint les Latins que se battre contre les Troyens n’était sans doute pas la meilleure des solutions. 
 
Latinus proposa alors de faire la paix, appuyé par Drancès qui reprochait en outre à Turnus d’être un lâche car il avait fui au cours de la bataille en retournant sur son navire.
 
Puis, le roi des Rutules prit la parole, et se défendit contre Drancès en rappelant qu’il avait tué Pallas et de nombreux Troyens, et qu’il était parvenu à rentrer dans leur campement. Il reprocha ensuite à Drancès d’être, lui , un lâche, effrayé par une bande d’étrangers.
Diomède, copie Romaine
de l'œuvre de Crésilas,
sculpteur grec du Ve siècle av. J.-C., contemporain de Phidias. 
Glyptothèque de Munich 

Reprise des hostilités
Mais, les Latins apprirent que les Troyens et leurs alliés se dirigeaient vers la ville, et durent donc mettre fin au conseil de guerre. Alors que Turnus décidait de reprendre la tête des opérations, la reine Amata et ses partisanes se réfugièrent dans le temple d'Athéna (Minerve chez les Latins), où elles prièrent pour la défaite d’Énée.
C’est alors que Camille, la reine des Volsques, offrit son aide à Turnus. Elle lui proposa d’attaquer Énée pendant que Turnus défendrait la ville. Ce dernier la remercia, mais préféra suivre un autre plan. Il demanda à son alliée de s’occuper de la cavalerie troyenne, alors que lui-même tendrait une embuscade à l’infanterie ennemie dans un terrain escarpé (Camille était la fille de Métabus, ancien tyran des Volsques, chassé par son peuple. Au cours de sa fuite, il parvint à sauver sa fille, Camille, qu’il consacra à la déesse Artémis (Diane chez les Latins).
Page 17 sur 21