Les hommes de Turnus tentèrent en vain d’escalader les murs, étant repoussés par les Troyens à coups de pierres. Latins et Troyens subirent des pertes conséquentes, mais l’assaut ne fut stoppé pour autant. Ascagne, protégé par Zeus, tua alors un Latin du nom de Numanus, qui avait fait l’éloge des rudes mœurs latines et avait critiqué le goût qu’avaient les Orientaux pour le luxe .
Peu après, deux Troyens, Pandare et Bitias, décidèrent d’ouvrir les portes du camp, et massacrèrent les Latins qui tentèrent d’y pénétrer. Les Troyens décidèrent alors de faire une sortie. C’est alors que Turnus se rua à l’intérieur du campement, accompagné par quatre hommes, tuant Bitias au passage. Pandare, voyant son frère mort, décida alors de refermer les portes, sans se rendre compte que Turnus était encore au sein du campement. Le Rutule, assisté par Héra, massacra une bonne dizaine de Troyens avant que ces derniers ne se ressaisissent. Finalement, Turnus, abandonné par Héra (cette dernière avait été vertement tancée par Zeus pour son comportement.), dut sauter à l’eau du haut des murailles afin de rejoindre ses hommes.
L'Enéide
    Le conseil des dieux : les dieux, voyant ce qui se passait dans le Latium, décidèrent de se réunir sur l’Olympe. Aphrodite demanda alors à Zeus d’épargner les Troyens, mais Héra, de son côté, accusa Aphrodite d’avoir déclenché toute cette violence en demandant à ce que les Latins soient soumis à des étrangers. Zeus, de son côté, décida de rester neutre, et de voir comment la situation allait évoluer.
   Le retour d’Énée : pendant ce temps, Énée naviguait vers le campement troyen, accompagné de ses nouveaux alliés. En outre, il était accompagné de Latins qui étaient opposés à Mézence, et la flotte qu’il dirigeait à présent comptait près de 30 navires.
C’est alors que les navires troyens qui avaient été changés en nymphes, apparurent à Énée, le conseillant de ne pas hésiter à se battre contre les Rutules. 
Puis, Énée et ses alliés arrivèrent au campement, et se préparèrent à combattre. La bataille éclata alors, les Troyens et leurs alliés affrontant leurs ennemis les Rutules. Énée tua un grand nombre d’ennemis, mais aucun des deux camps ne parvint à prendre l’avantage. 
Les cavaliers arcadiens eurent alors la volonté d’abandonner le combat, voyant la détermination de leurs adversaires, mais Pallas, leur chef, les exhorta à continuer la lutte. Ce dernier aperçut alors Lausus, le fils de Mézence, dans le camp ennemi. Lausus ne put affronter Pallas, et laissa sa place à Turnus. Suite à un combat sans merci, le Rutule parvint à tuer Pallas,lui enleva son baudrier,et accepta de rendre le cadavre du vaincu.
Enée pleure la mort de Pallas
Angelica Kauffmann (1741-1807)
Musée du Tyrol Ferdinandeum Innsbruck

Page 15 sur 21