Aphrodite au secours de son fils : Aphrodite, voyant que la guerre était inévitable dans le Latium, demanda à Héphaistos (Vulcain chez les Latins) de forger des armes pour Énée et ses compagnons.
L'Enéide
Par la suite, Énée et Evandre cherchèrent des alliés. Ils eurent alors l’idée de débarrasser les Etrusques de leur chef, un tyran nommé Mézence (qui était un allié de Turnus). Ces derniers en remercièrent Énée, et décidèrent d’en faire leur chef (en effet, un oracle avait déclaré qu’ils devaient choisir un étranger comme chef. Ils se tournèrent d’abord vers Evandre, mais ce dernier leur conseilla de choisir Énée). 
 
Evandre fournit alors au Troyen un contingent de cavaliers arcadiens, commandés par son fils Pallas. Énée, quant à lui, décida de ne conserver à ses côtés que les plus vaillants de ses compagnons. 
 
Par la suite, les alliés se rendirent auprès du chef étrusque Tarchon, où Aphrodite apporta une armure à son fils. Le bouclier d’Énée comportait des scènes de l’histoire de Rome (Romulus, la République, etc.) jusqu’à la bataille d’Actium, où Marc Antoine fut vaincu. Énée se sentit rassuré en voyant une représentation du triomphe de l’Empereur Auguste.
Vénus demande à Vulcain des armes pour Énée, 1732
François Boucher (1703-1770)
 Musée du Louvre, Paris.
Turnus à l’assaut du camp troyen
Héra, se rendant compte qu’Énée avait quitté le camp troyen, envoya Iris sur terre. Cette dernière se rendit auprès de Turnus, et l’incita à attaquer le campement ennemi .
   Le camp troyen assiégé par Turnus : Turnus et ses hommes se rendirent au camp troyen. Cependant, ses défenseurs refusèrent de livrer une bataille rangée, préférant défendre leur campement.
Page 13 sur 21