Maison Royale
 de Thèbes

Tirésias
Enfin, lors de l'expédition des Épigones, les successeurs des Sept Chefs, il annonça cette fois que Thèbes serait vaincue et conseilla au fils d'Etéocle, Laodamas, d'évacuer les habitants à la faveur de la nuit.
Sa descendance
Tirésias  eurt trois filles : 
Daphnée, qui fut prêtresse à Delphes 
Historis, suivante d'Alcmène selon Pausanias qui fit circuler la nouvelle que le bébé Héraclès était né, libérant ainsi le sortilège du groupe de sorcières qui bloquaient la délivrance. 
Mantô, qui hérita des dons de son père, fut un des maitresses d'Apollon dont elle eut un fils, Mopsos, devin lui aussi.
Sa mort
Si la mort « spirituelle » du devin n’est, de fait, pas attestée, sa mort « physique », quant à elle, connaît plusieurs versions. Tous les auteurs s’accordent cependant pour dire qu’elle a eu lieu pendant la prise de Thèbes par les Épigones, les fils des Sept chefs qui avaient participé à la première expédition contre la cité béotienne. Le Pseudo-Apollodore prétend que le devin s’enfuit hors de la ville avec les rescapés thébains, et fit halte en leur compagnie près de la source Tilphoussa : le vieil homme y mourut pour avoir bu l’eau trop froide de la source. Pausanias déclare que le devin, ainsi que sa fille Manto, restés à l’intérieur de la ville, furent faits prisonniers par les Argiens qui décidèrent de les envoyer à Delphes, pour y être consacrés à Apollon : le grand âge de Tirésias ne lui permit cependant pas d’accomplir la totalité du trajet, et il mourut près de la source Tilphoussa.
Il eut des funérailles solennelles célébrées en présence du devin Calchas et de nombreux autres prophètes. Sa réputation ne s'éteignit pas avec sa vie. La magicienne Circé envoya Ulysse consulter son âme aux Enfers. Il était en effet le seul qui eût conservé après sa mort son don (accordé par Zeus ou par Athéna) de divination. Ulysse sacrifia une brebis noire dont il lui fit boire le sang et Tirésias lui révéla tout ce qui devait encore lui arriver dans son existence.
Page 3 sur 4