Maisons royales
Maison de Thèbes
Page 11 sur 13
Le combat fut rude. Des sept chefs, seuls Polynice, Adraste et Amphiaraos restèrent en vie à la tête de leurs troupes. Après le dernière escarmouche, Étéocle et ses guerriers se retirèrent dans la ville. De nombreux cadavres des deux camps jonchaient le sol. Ce spectacle chavira le cœur de Polynice et il décida d'éviter un autre carnage. Il se dirigea vers les murs de la ville. Polynice proposa à son frère de l'affronter seul. Étéocle accepta et les portes de Thèbes s'ouvrir, laissant passer leur roi tenant une épée à la main.Polynice, le premier, se précipita en avant, l'épée au poing. Étéocle  fit  dévier la  lame  avec  son bouclier
Les deux frères se battirent  pendant  un long moment mais il apparut qu'ils étaient de forces trop égales. Puis inattendue et rapide, la fin survint.Tous les deux s'élancèrent l'un contre l'autre sans  protection,  chacun  avait   eu  la  même  idée  et  ils  se blessèrent mortellement, leur corps sans vie s'écroulèrent sur le sol.  
Des sept chefs seul, Adraste (roi d'Argos), réussit à s'enfuir. Le nouveau roi de Thèbes fut Créon, oncle d'Etéocle et frère de Jocaste. Ce nouveau roi fit régner durement l'ordre et interdit d'enterrer les cadavres des vaincus.
Antigone, (sœur de Polynice et Étéocle) était bien décidée à rendre les honneurs funèbres à la dépouille de son frère Polynice. De nuit, elle alla avec quelques serviteurs sur le champ de bataille et emporta le corps au flanc de la montagne proche, où elle fit creuser une tombe à la lueur des torches. Puis ils ensevelirent avec respect le cadavre du jeune guerrier. La nuit suivante, Antigone revint avec des maçons et fit édifier un tombeau au-dessus de la fosse.
Etéocle et Polynice par TIEPOLO 
Kunsthistorisches Museum, Vienne