Maison Royale
 d'Athènes

Hippolyte
Hippolyte était le fils de Thésée et de la reine des Amazones (soit Hippolytè, soit Antiope).
L'amour de Phèdre pour Hippolyte
Hippolyte fut remis à sa naissance à sa grand-mère paternelle Aethra de Trézène, dont le père Pitthée, qui était reconnu pour sa sagesse, l'élèva tandis que Thésée se remariait quelque temps plus tard avec Phèdre.
Hippolyte vouait un culte particulier à Artémis. Mais Aphrodite, jalouse de cette adoration et de le voir mépriser l'amour, décida de se venger : elle rendit Phèdre, sa belle-mère, amoureuse de lui.
Après le problème des Pallantides tués par Thésée, celui-ci et Phèdre s'imposèrent un exil d'un an à Trézène. C'est là que Phèdre tomba amoureuse d'Hippolyte.
Athènes, l'Acropole
La vengeance de Phèdre
Phèdre n'osa pas révéler cette passion à son beau-fils mais elle se confia à sa nourrice qui la conseilla d'envoyer une lettre à Hippolyte dans laquelle elle lui avouait son amour. Hippolyte rejeta cet amour.
Par vengeance et craignant qu'Hippolyte ne révèle tout à son père, elle accusa le jeune homme d'avoir cherché à la violenter. Furieux mais ne voulant pas tuer son fils lui-même, Thésée appela aussitôt sur son fils la malédiction de Poséidon, qui lui devait trois vœux. Poséidon invoqua un monstre marin à Trézène, qui effraya les chevaux du char qu'Hippolyte conduisait le long de la mer. Effrayés, les chevaux s'emballèrent et le jeune homme périt, traîné par ses chevaux le long des rochers. Phèdre, de chagrin et de remords, se pendit. 
Dans une autre version, Phèdre se suicida avant la mort d'Hippolyte et laissa une lettre accusatrice à Thésée.
Hippolyte (1611-1613)
 par RUBENS 
Fitzwilliam,Museum,Cambridge.
Page 1 sur 2