Maisons royales
Maison d'Argos
Danaé et la pluie d'or
Page 2 sur 5
Argos était alors gouvernée par le roi Pélasgos (ou Gélanor selon les sources). Danaos annonça qu'il avait été choisi par les dieux pour devenir roi d'Argos. Pélasgos (Gélanor) aurait certainement gardé son trône, en dépit des déclarations de Danaos qui prétendait posséder l'appui d'Athéna, si à ce moment-là n'était descendu de la montagne un loup audacieux qui attaqua un troupeau au pâturage non loin des murs de la ville, tuant le taureau chef du troupeau. Ils considérèrent cet incident comme un présage identifiant Danaos au loup et Pélasgos (Gélanor) au taureau.Pensant que Danaos prendrait le trône par la force si on lui résistait, ils convainquirent Pélasgos (Gélanor) d'abandonner son trône sans résistance.
Les Danaïdes
Les fils d’Égyptos se rendirent néanmoins jusqu’à Argos, sur l’ordre de leur père, et finirent, sous la menace d’un siège, par faire revenir Danaos sur son refus de leur donner ses filles en mariage. Le soir des noces, craignant toujours que se réalise la prédiction de l’oracle, Danaos ordonna à ses filles de cacher dans leurs cheveux une grande épingle dont elles se serviraient pour percer le cœur de leurs maris dès qu’ils dormiraient. Toutes obéirent sauf une, Hypermnestre, qui sauva son époux Lyncée et l’aida à s’enfuir. 
 
Par la suite, celui-ci revint et se vengea en tuant les coupables ainsi que Danaos. Lyncée et Hypermnestre règnèrent alors sur Argos. 
 
Arrivées aux Enfers, les Danaïdes furent jugées et précipitées dans le Tartare, condamnées à remplir éternellement des jarres percées. Ce  châtiment est  resté célèbre par  l’expression du « tonneau des Danaïdes », qui désigne une tâche absurde, sans fin ou impossible.
Fontaine des Danaïdes
à Marseille
 d'après J. Hughes