Carte des Enfers
Les 3 juges
Les Enfers
Description
Page 3 sur 10
      Les Champs Elysées
La deuxième route mènait aux Champs Elysées. Ils étaient rares ceux qui y parvenaient: quelques grands héros qui s'étaient rendus agréables aux dieux. Le soleil brillait toujours, il n’y avait pas de nuit parce que les Ombres n’avaient pas besoin de dormir. Dans les clairières, on chantait et on dansait au son de la lyre. Et ceux qui le voulaient peuvaient même retourner sur terre.
Il y régnait un printemps éternel; l'haleine des vents ne s'y faisait sentir que pour répandre le parfum des fleurs. Un nouveau soleil et de nouveaux astres n'y étaient jamais voilés de nuages. Des bocages embaumés, des bois de rosiers et de myrtes, couvraient de leurs ombrages frais les ombres fortunées.  
Le rossignol avait seul le droit d'y chanter ses plaisirs, et il n'était interrompu que par les voix touchantes des grands poètes et des musiciens célèbres. Le Léthé y coulait avec un doux murmure, et ses ondes y faisaient oublier les maux de la vie. Une terre toujours riante y renouvelait ses productions trois fois l'année, et présentait alternativement ou des fleurs ou des fruits.  
Plus de douleur, plus de vieillesse; on conservait éternellement l'âge où l'on avait été le plus heureux. Là, un goûtait encore les plaisirs qui avaient flatté durant la vie.  
On y retrouvait Cadmos et son épouse Harmonie. Toutefois à partir d'Hésiode il y eut confusion entre les champs élyséens et l'ile des Bienheureux.
Les Champs Elysées