Sous ce parjure conjugué à cet acte impie, Hécube, après avoir fait appel à l'aide aux autres Troyennes, relâcha sa colère sur Polymnestor. N'ayant plus, par son triste sort, d'armes que désormais son propre corps, elle perça de ses doigts les yeux du Thrace, et plongeant ses mains, noyées d'abondant sang, dans les orbites libérées, elle continua à racler autant que sa douleur dura. Elle ne pouvait plus que hurler son désespoir et celui de la dynastie de Troie. Les Thraces lapidèrent Hécube pour venger leur roi. 
Troyens
Polydoros
Hécube aveuglant Polymnestor d'après Crespi 
© Musées Royaux des Beaux-Arts, Brussels
Page 2 sur 2