La guerre de Troie
Page 3 sur 28
Ces érudits remanièrent ensuite le texte à plusieurs endroits pour établir une liaison entre les diverses rhapsodies.
Hipparque (IVe siècle avant J.-C.), le fils de Pisistrate,en aurait ordonné la récitation aux rhapsodes chaque année à la fête des Panathénées. Ceux-ci devaient les réciter "les uns après les autres, sans interruption". 
Les grammairiens d'Alexandrie dont Zénodote ( (320–240 av. J.-C.).  Zénodote d’Éphèse (premier bibliothécaire d’Alexandrie et précepteur des enfants de Ptolémée Ier)  et d'autres grammairiens mirent au point des éditions critiques des grands poètes grecs. Zénodote, lui,  s'attaqua à l'œuvre d'Homère. Il publia une Recension ( inventaire détaillé et critique) ainsi qu'un Glossaire ( dictionnaire qui sélectionne pour les expliquer certains mots complexes ou rares) de l'Iliade et l'Odyssée. Son édition des textes, première des éditions critiques homériques, expurgeait certains vers, marquant certains comme étant des interpolations et corrigeant certains vers considérés comme fautifs
La bibliothèque d’Alexandrie avait recueilli de nombreuses copies du texte homérique provenant de régions variées, dont Athènes.
On suppose que Zénodote avait choisi une version de référence qu’il aurait corrigée par des emprunts à d’autres manuscrits. Les philologues modernes pensent que le texte de référence était l’édition établie sous Pisistrate. On a longtemps pensé que la division en vingt-quatre chants datait de cette époque, mais il semblerait qu’elle soit plus ancienne.
C’est ce que tendent à montrer l’étude des transitions d’un chant à l’autre, qui présentent une grande cohérence.
Zénodote fut le pionnier d'une nouvelle façon d'étudier les classiques grecs. Ses disciples complétèrent ensuite son œuvre, ce fut la "vulgate alexandrine".  
Chant V de l’Iliade d’Homère
 sur tablette de bois
 fin du IIIe – début du IVe siècle ap. J.-C