La guerre de Troie
Page 26 sur 28
Les Troyens interprétèrent ces morts comme un jugement des dieux et entreprirent immédiatement de haler l'animal. Bientôt celui-ci franchit l'enceinte de la ville. La journée se termina en banquets joyeux, puis tous s'endormirent d'un sommeil tranquille. Alors, dans le silence de la nuit, Hélène monta sur les remparts et, munie d'une torche, fit aux Grecs embusqués dans l'île les signaux convenus. Pendant ce temps, les héros quittèrent les entrailles du cheval de bois où ils étaient cachés et ouvrirent les portes de la ville au gros des troupes qui venaient de la mer. 
Le sac de Troie
Le fracas des armes, les cris et la fumée réveillèrent les Troyens. A moitié endormis, ils se saisirent de leurs armes. Aucun abri ne fut épargné par la bataille. Troie fut prise et brûlée, ses habitants furent massacrés.Pyrrhus (Néoptolème) tua Priam qui avait pourtant trouvé refuge près de l'autel de Zeus, il emmena comme captive Andromaque, la femme d'Hector.
Avant d'être emmenée, Andromaque serrait encore son fils Astyanax dans ses bras quand  un  hérault  s'approcha  d'elle  et lui  parla en mots hésitants. L'enfant devait mourir et  être  jeté  du haut des murailles de Troie. Ménélas tua Déiphobe qui avait épousé Hélène et reprit sa femme. Ajax le petit traîna Cassandre hors du temple d'Athéna et la viola ; les dieux envisagèrent de le châtier en le changeant en pierre, mais Ajax se réfugia dans le temple d'Athéna. Plus tard, lors du retour des Grecs chez eux, Athéna le fera périr en mer. Les Grecs sacrifièrent la plus jeune fille de Priam, Polyxène, sur la tombe d'Achille afin d'apaiser son esprit en colère.
L'incendie de Troie par Johann Georg Trautmann
 (1713-1769).
Musée des Beaux-Arts , Rennes.