La guerre de Troie
Page 23 sur 28
La colère s'empara de lui, lui suggérant de massacrer tous les chefs grecs y compris Ulysse. Une nuit, il quitta sa tente muni de son épée et se mit à la recherche de ses ennemis. Mais la déesse Athéna sauva les chefs grecs en rendant Ajax fou.  
Celui-ci, dans son égarement, confondit les hommes qu'il haïssait avec un troupeau de moutons qu'il combattit comme des adversaires humains. Il en captura même quelques-uns et les ligota. L'aurore éclaira ce surprenant tableau. Enfin dégrisé, l'auteur de cet ignoble carnage ne put supporter sa honte et mit fin à sa vie; les Grecs perdirent en lui un autre grand héros. 
Des conditions pour la prise de Troie
Un oracle révèla aux Grecs les conditions nécessaires à la prise de Troie, notamment la possession de l'arc et des flèches mortelles d'Héraclès, détenues par le héros Philoctète dont il faudrait le concours ainsi que celui du fils d'Achille, Néoptolème appelé aussi Pyrrhus. Ulysse les fit donc venir.  
En ce qui concerne Philoctète, tout ne fut pas aisé. Heraclès, avant de mourir, avait donné son arc et ses flèches à son ami, le Prince Philoctète, l'homme qui avait mit le feu au bûcher funéraire du héros et rejoint plus tard l'Armée Grecque appareillant pour Troie. Les Grecs s'étant un jour arrêtés près d'une île pour y offrir un sacrifice, Philoctète fut mordu par un serpent ou blessé par une de ses flèches. La blessure était affreuse et refusait de cicatriser; il s'avéra impossible de le transporter à Troie dans cet état. Ils le laissèrent donc dans l'île de Lemnos, alors inhabitée. Dix ans après donc, Ulysse, accompagné de Diomède, fut chargé de le ramener. Finalement, ils persuadèrent Philoctète de s'embarquer avec eux. Revenu à Troie, le sage médecin des Grecs, Machaon, le guérit et quand il retourna au combat, le premier homme qu'il blessa fut Pâris qui, ramené sur le mont Ida, demanda à Œnone, sa première femme, de le soigner, mais celle-ci refusa et il mourut. .
Hélénos fut capturé près d'Arisba et révéla sous la contrainte ce qui concernait le destin de Troie, en particulier à propos du Palladium.