Grecs et Alliés
Phénix était le fils d'Amyntor, roi d'Ominion, et de Cléobulé 
Cléobulé demanda à son fils de séduire Phthia ou Clytia, la maitresse de son époux afin de la détourner de son mari volage. Quand le roi apprit que son fils avait passé la nuit avec sa maitresse, il devint furieux. Il demanda aux Erinyes de le priver de descendance et l'exila. Selon Euripide, il lui creva les yeux. 
Dans une autre version c'est Phthia qui accusa Phénix d'avoir voulu la séduire alors que c'est elle même qui avait tenté de débaucher le jeune homme. 
Phénix se réfugia chez Pélée qui convainquit Chiron de lui rendre la vue. 
Ayant recouvré la vue, Phénix devint roi des Dolopes. Il participa à la fameuse chasse au sanglier de Calydon et il forma Achille au maniement des armes et lui enseigna l'art de la guerre et il devint son ami fidèle. 
Il participa avec Ulysse à la recherche d'Achille lorsque sa mère, la néréide Thétis, le cacha à Skyros. Puis il partit avec Achille à la guerre de Troie. 
Lors du différend qui opposa Achille à Agamemnon au sujet de Briséis, le vieux Phénix fut envoyé sans succès fléchir la volonté d'Achille. Il fut grandement peiné du refus obstiné qu'il essuya de la part de celui qu'il considérait comme son fils, même si ce dernier continuera à l'appeler « mon bon vieux père ». 
Néanmoins il viendra le voir dans sa tente après la mort de Patrocle et jouera un rôle dans le jeu funèbre en son honneur. 
La chute de Troie était prédite si Néoptolème, fils d'Achille, participait aux combats, Phénix fut envoyé pour le convaincre d'honorer les champs de bataille de sa présence. Il mourut sur le chemin du retour en compagnie de Néoptolème qui lui rendit les honneurs funèbres.
Phénix
L'ambassade auprès d'Achille,
de gauche à droite :
Achille, Hermès, Phénix et Ulysse,
vase attique à figures rouges,
 v. 480-470 av. J.-C.,
Musée du Louvre (G 264)