Il accusa Ulysse de perfidie
Grecs et Alliés
Il avait accusé Ulysse de perfidie pour n'avoir pas trouvé en Thrace les vivres nécessaires à l'armée.
Ulysse fut envoyé en Thrace afin d'y ramener du blé; ne rapportant rien, il s'attira les sarcasmes de Palamède; à quoi Ulysse répliqua qu'il navait qu'à aller lui-même en Thrace, il verrait bien qu'il n'y avait pas de blé.
Palamède le prit au mot; il partit et revint avec de grandes quantités de grain.
Il osa aussi désapprouver publiquement cette guerre longue et ruineuse faite par la Grèce aux Troyens. 



Ulysse, pour s'en venger, accusa à son tour Palamède de trahison. Pour donner du crédit à son accusation, il fit enfouir une somme considérable dans la tente de Palamède, prétendit qu'il l'avait reçue de Priam, et pour preuve montra une lettre contrefaite de ce roi. Palamède fut condamné à mort par le Conseil, et injustement lapidé. D’après Pausanias, Ulysse et Diomède le noyèrent un jour où ils le rencontrèrent occupé à pêcher.
Palamède
La vengeance d'Ulysse
La vengeance du pére de Palamède 
Le frère de Palamède, Oelax, relata sur des rames la fourberie d'Ulysse avec l'espoir que l'une d'elles, emportée par le courant, arriverait jusqu'à leur père, Nauplios qui naviguait souvent.
De fait, ce dernier, instruit du forfait, jura de le venger; au retour de Troie, la nuit étant tombée, il alluma des feux sur les côtes escarpées du cap Capharée; trompés, les navires grecs firent naufrage.

La mort de Palamède était devenue proverbiale, comme la mort injuste par excellence, résultant des intrigues des méchants contre quelqu'un qui valait mieux qu'eux.
Ajax et Achille jouant aux dés
 Amphore attique à figures noires
attribuée à Exékias (v. 540-530) -
Musée du Vatican
Page 2 sur 2