Alliés Troyens
Sarpédon, fils de Zeus et de Laodamie
Sarpédon
Sarpédon était né en Lycie de l’union de Zeus avec la mortelle Laodamie, fille de Bellérophon
Sarpédon règnait dans cette partie de la Lycie que le Xanthe arrose, et rendait ses États florissants par sa justice autant que par sa valeur. Il vint au secours de Priam avec de nombreuses troupes, et fut un des plus intrépides défenseurs de Troie. 
Il était d’une taille gigantesque. Au cours des combats, Sarpédon se distingua par sa bravoure.
La mort de Sarpédon
Un jour il s'avança contre Patrocle, ami le plus proche d’Achille, qui faisait fuir les Troyens, et voulut le combattre. Zeus, voyant son fils près de succomber sous les efforts de son adversaire, fut touché de compassion : il savait que la destinée avait condamné Sarpédon à mourir en ce moment ; il délibèra pourtant s'il ne l'arracherait pas à la mort, éludant, pour cette fois, les décrets du Destin. Sur les remontrances d'Héra, il se détermina à céder ; mais, en même temps, il fit tomber sur la terre une pluie de sang, pour honorer la mort d'un fils aussi cher. 

Il finit par tomber sous les coups de Patrocle. Zeus qui, bien que chérissant son fils, n’avait pas voulu intervenir dans le déroulement de ce tragique destin, lui offrit des funérailles grandioses. Morphée et Thanatos ramenèrent sa dépouille en Lycie.
Sarpédon transporté
par Hypnos et Thanatos
 sour la direction d'Hermès
Son retour en Lycie
Après que Sarpédon eut été tué, les Grecs ne purent emporter que ses armes sur leurs vaisseaux. Apollon, par l'ordre de Zeus, vint lui-même enlever le corps du guerrier sur le champ de bataille, le lava dans les eaux du Scamandre, le parfuma d'ambroisie, le revêtit d'habits immortels, et le remit entre les mains de Morphée et de Thanatos qui le portèrent promptement en Lycie, au milieu de son peuple.
Johann Heinrich Füssli,
Le Sommeil et la Mort
portant le corps de Sarpédon en Lycie
 Sammlung Haus Rechberg (Zurich)