Qu'était-cevun oracle ?
Noms cités
dans le mythe
d'Héraclès 
Dans la Grèce antique, les oracles étaient un aspect fondamental de la religion. Ils étaient rendus par certains dieux, dans des lieux précis et suivant des rites rigoureusement établis. 
 
L'oracle était la réponse donnée par le dieu à une question personnelle concernant généralement l’avenir et nécessitait le plus souvent une interprétation d'un  Humain ou d'un prêtre.. 

L'Oracle de Delphes, qui permettait d’interroger le dieu Apollon, était l’un des plus célèbres de l’Antiquité. Il a été consulté jusqu'au IIème siècle av. J.-C.

Pythie
Qui était Python ?
Python était le Serpent grec qui gardait jadis les sources du mont Parnasse, sur le chemin de l'oracle de Delphes et possédait le don de prophétie. 
Il était en effet fils de Gaia, la Terre, et à ce titre était doué de la parole.  
Zeus s'unit à Léto, ce qui piqua la jalousie d'Héra. Cette dernière demanda à Python, ce serpent monstrueux, de poursuivre sans relâche Léto. Mais Léto réussit à se cacher, aidée par Poséidon, et accoucha d'Artémis et d'Apollon sur l'île de Délos.  
Apollon, quelques jours après sa naissance, partit à la recherche du monstre. Python était devenu gardien de Delphes, où il rendait des oracles. Quand il retrouva la trace du serpent qui avait persécuté sa mère, Apollon pourchassa Python puis le perça de ses flèches d'or. 
Il s'appropria l'oracle, jeta les os du serpent dans un chaudron à l'intérieur du temple et recouvrit le trépied de la Pythie avec sa peau. La Pythie était la prêtresse qui rendait les prophéties d'Apollon.
Qui était la Pythie ?
La Pythie est une prêtresse qui, dans l'Antiquité, officiait dans une salle souterraine du sanctuaire d'Apollon, à Delphes. Elle rendait des oracles, répétant ce que lui dictait le dieu Appolon. 
 
La Pythie se purifiait d'abord dans l'eau de la fontaine Castalie, puis descendait dans la alle souterraine du temple. Elle s'asseyait sur un trépied, au-dessus d'une fosse d'où sortaient des émanations venant des profondeurs de la terre. Puis, mâchant des feuilles de laurier, elle entrait en transe et proférait des réponses le plus souvent incohérentes, floues, qui devaient être interprétées par les prêtres d'Apollon. 
Page 1 sur 2