Héraclès
Héros
Page 5 sur 17
Le héros parvint à faire sortir le monstre de son repaire au moyen de flèches enflammées, puis entama la lutte. Mais, chaque fois qu’il réussissait à couper une de ses têtes, deux repoussaient à la place. Héraclès parvint finalement à se débarrasser de l’Hydre grâce à l’aide de son neveu Iolaos,fils de son demi-frère et néanmoins jumeau Iphiclès (fils d’Alcmène et d’Amphitryon). Ce dernier lui prêta secours en incendiant un bois voisin, fournissant au héros des branches enflammées lui permettant de brûler les blessures du monstre pour empêcher les têtes de repousser. Héra, constatant le triomphe de son ennemi, lui dépêcha un crabe ou un scorpion qui le piqua au pied et fut aussitôt écrasé.Héraclès trancha ensuite la tête immortelle, qu’il enterra sous un énorme rocher, après quoi il trempa ses flèches dans le sang du monstre afin de les rendre empoisonnées.
      Le sanglier d'Erymanthe
Un sanglier féroce vivait dans les bois d'Erymanthe, en Arcadie, dévastant le pays de Psophis. Durant son voyage vers l'Arcadie, Héraclès demanda l'hospitalité à un centaure, Pholos. Ce dernier accepta de bon cœur et fut très serviable, bien qu'il mangeât de la viande crue, il la servit cuite à Héraclès. Au fur et à mesure du repas, le héros sentit la soif venir. C'est alors qu'il aperçut un grand tonneau de vin. Il demanda à Pholos de lui servir un verre du breuvage, mais celui-ci refusa car c'était un bien commun des centaures. Héraclès insista fortement et finit par le convaincre. Le maître de maison et le demi-dieu commencèrent donc à s'en abreuver. Venant de finir leur dégustation ils aperçurent au loin une horde de centaures armés de lances et de gourdins qui avaient senti l'odeur du vin. Le fils de Zeus leur tira dessus à l'aide de flèches d'argent, ainsi il parvint à les éliminer. Hélas Pholos se blessa avec l'une des flèches d'Héraclès, empoisonnée par le sang de l'hydre de Lerne, alors qu'il donnait aux centaures morts leur sépulture, et un autre centaure, Chiron, qui n'avait pas participé à la bataille, fut blessé par erreur à un genou, ce qui lui donna des souffrances sans fin (ne pouvant mourir, il demanda aux dieux de lui retirer son immortalité afin de cesser de souffrir). C'est ainsi que moururent les deux seuls centaures bons et sages de la mythologie grecque.
Le sanglier d'Erymanthe