Héraclès
Héros
Page 14 sur 17
Ayant entendu dire qu' Eurytos promettait la main de sa fille Iolé à celui qui l'emporterait sur lui et sur ses fils au tir à l'arc, il se rendit à la cour de celui-ci et n'eut aucune peine à gagner le concours.Mais Eurytos refusa de donner Iolé à un homme qui avait tué ses enfants et qui était l'esclave d'Eurysthée. Héraclès gagna alors Tyrinthe où il acheta innocemment douze poulains et douze pouliches à Autolycos qui les avait volés à Eurytros. Ce roi qui s'était aperçu de la disparition de ses chevaux accusa aussitôt Héraclès.Le jeune prince Iphitos, son fils aîné, qui avait du mal à croire Héraclès capable d'un tel larcin, se rendit à Tyrinthe où il rencontra le héros qui lui offrit l'hospitalité. Malheureusement, à cause d'un malentendu, (Iphitos ne reconnut pas les bêtes volées à son père par Autolycos qui les avait un peu transformées sana rien dire à Héraclès) Héraclès tua Iphitos.Tuer un hôte, sous son propre toit, était un crime dont il fallait se purifier.  
Tourmenté par le remords, Héraclès s'en alla consulter la Pythie pour lui demander comment il pourrait se purifier de sa faute.L'oracle l'enjoignit de se vendre comme esclave à Omphale, la reine de Lydie, pendant une ou trois années.
Selon une autre version, la Pythie lui ayant refusé un conseil et l'ayant insulté,il s'empara du trépied sacré en menaçant d'aller fonder ailleurs son propre sanctuaire.Appolon nintervint et ils ne tardèrent pas à en venir aux mains, à tel point que Zeus, pour les séparer,fit usage de sa foudre.Plus tard, sur l'ordre de Zeus, Héraclès rendit le trépied.Le héros décida donc lui-même de se vendre comme esclave.
Héraclès aux pieds d'Omphale
par Charles Gleyre
Musée de Neuchâtel
C'est ainsi qu'Héraclès fut emmené en Asie par Hermès, le dieu du commerce, et vendu pour trois talents d'argent à Omphale. 
Durant ces trois ans d'esclavage, les versions diffèrent:
* Héraclès se plia aux exigences et aux fantasmes d'Omphale, humilié qu'il était à filer la laine alors que la reine revêtait sa peau de lion et brandissait sa massue.
* La reine tomba amoureuse de lui et le héros coula des jours paisibles,non sans accomplir des exploits pour le compte de sa maîtresse mais aussi pour le plus grand bien de la Lydie qui vécut alors dans une paix et une sécurité absolue, Héraclès débarrassant son territoire de tous les brigands malfaisants.