Héraclès
Héros
Page 10 sur 17
Accompagné de quelques volontaires, Héraclès s'embarqua pour la Thrace. En cours de route, il rendit visite à son ami Admète, roi de Phères, dont l'épouse, Alceste, était prête à se sacrifier. Arrivé à Tirida, il se rendit maître des valets d'écurie de Diomède et mena les juments jusqu'à la mer où il les laissa sur une petite colline sous la garde d'Abdéros, fils d'Hermès, puis il se tourna contre les Bistones que Diomède avait lancé à sa poursuite.Comme son camp allait succomber sous le nombre, il creusa une tranchée qui permit à la mer d'inonder les basses terres et ainsi il vint à bout de ses ennemis. 
Il poursuivit les Bistones qui s'étaient mis à fuir, assomma Diomède avec sa massue, traîna son corps autour du grand lac qui venait de se former, et le présenta à ses propres juments qui dévorèrent sa chair encore vivante. Rassasiées, car elles avaient malheureusement dévoré Abdère ou Abdéros pendant qu'Héraclès était occupé, il put alors facilement les capturer et les conduire à Tirynthe pour les donner à Eurysthée. 
Ayant vu de loin les juments, Eurysthée préféra les laisser errer sur le mont Olympe où elles furent sans doute dévorées par des bêtes sauvages. En la mémoire d'Abdère, Héraclès fonda la cité
      La ceinture de la reine des Amazones
Reine des Amazones, Hippolyte apparaît lors du neuvième des travaux d'Héraclès.
La fille d'Eurysthée, Admète, désirait la superbe ceinture que possédait Hippolyte, la reine des Amazones. Cette ceinture était un don d'Arès. Pour être agréable à sa fille, le roi chargea Héraclès d'aller la chercher.
Les Amazones étaient un peuple guerrier uniquement composé de femmes, qui ne connaissaient ni pudeur ni pitié. Elles s'unissaient aux hommes (avant de les tuer) uniquement pour perpétuer la lignée féminine abandonnant ou tuant les nourrissons de sexe mâle. Arrivées à l'âge de se battre, elles se coupaient le sein droit pour mieux manier l'arc et le glaive et n'épargnaient leur sein gauche seulement pour pouvoir allaiter leurs filles.
Heraclès mit donc le cap vers l'est en direction de Thémiscyra, la capitale des Amazones, accompagné d'un groupe de volontaires. Arrivés à Thémiscyra, Heraclès et ses compagnons furent introduits dans le palais de la reine Hyppolite qui n'avait rien de sévère ni de cruel. Elle souriait même au héros dont elle avait entendu les exploits. 
Combat des Amazones et d'Héraclès. 
Vase attique du VIe s. av. J-C.