Les peintres
Gleyre Charles
Peintre académique actif à Paris après 1838, ayant parcouru l’Italie et le Moyen-Orient, maître d'un atelier fréquenté notamment par les futurs impressionnistes, Charles Gleyre marque son époque à plus d'un titre. Républicain convaincu, de tempérament crépusculaire – pour reprendre la belle formule d'Henri Focillon –, dessinateur sévère dans la veine d’Ingres, séduit par l’éloquence romantique, Charles Gleyre se révèle surtout un inventeur inlassable de «nouvelles» iconographies, tant dans ses œuvres néo-grecques que dans ses grands tableaux d’histoire moderne. 
En 1843, son tableau" Le Soir "ou "Les Illusions perdues" devient l’icône de toute une génération. À la faveur de cette réussite, Gleyre reprend l’atelier de Paul Delaroche où il enseigne gratuitement jusqu’en 1870 et où il accueille, entre autres, les futurs impressionnistes Bazille, Monet, Renoir, Sisley. Il meurt en 1874. 
Quelques peintures vues dans cet ouvrage
Penthée et les Ménades
Musée d'Art de Bâle,Suisse

Héraclès et Omphale
Musée d'Art et d'Histoire
Neuchâtel,Suisse