Dieux olympiens
Zeus
Page 13 sur 16
La rebellion
Ces amours passagères mettaient Héra hors d’elle ; elle poursuivit implacablement les maîtresses de son époux et les enfants qu’il eut d’elles. Les disputes entre les deux conjoints furent fréquentes.
Il vint un moment où l'exubérance et les excès de Zeus devinrent à ce point insupportables qu'Héra, Poséidon, Apollon et tous les autres habitants de l'Olympe, excepté Hestia, l'entourèrent par surprise tandis qu'il était endormi sur sa couche, l'attachèrent avec des lanières de cuir et firent cent nœuds afin qu'il ne puisse plus bouger. Il menaça de les tuer sur-le-champ mais comme ils avaient mis son foudre hors de sa portée, ils se moquèrent de lui. Tandis qu'ils célébraient leur victoire et discutaient âprement pour savoir qui serait son successeur, Thétis la Néréide, prévoyant une guerre civile prochaine dans l'Olympe, se hâta d'aller chercher Briarée aux cent bras qui défit promptement les lanières, se servant de toutes ses mains à la fois pour libérer son maître le plus rapidement possible. 
Ayant repris en mains le pouvoir, il chercha les coupables pour les punir. Comme Héra était à l'origine de la conspiration dirigée contre lui, Zeus la suspendit dans le ciel, une chaîne d'or attachée au poignet et une enclume à chaque cheville. Les autres dieux étaient furieux mais n'osèrent pas lui porter secours malgré les cris déchirants de l'infortunée Héra. A la fin, Zeus se décida à la libérer à une condition: qu'ils fassent le serment de ne plus jamais s'insurger contre lui; ils obéirent à contrecoeur. Zeus punit Apollon et Poséidon en les envoyant sur la terre se mettre au service de Laomédon , le roi de Troie pour un an et, magnanime, il pardonna aux autres.
Punition d'Héra.
Antonio Allegri da Correggio .

Briarée