Dieux olympiens
Poséidon
Page 8 sur 8
En chemin, Amymoné rencontra un satyre qui tenta de la violer (d'autres racontent qu'elle l'aurait blessé par mégarde), elle en appela à Poséidon qui chassa l'impudent en lui lançant son trident; l'arme se planta dans un rocher d'où jaillit immédiatement une source limpide et fraîche qu'Amymoné supplia de laisser couler.On la nomma depuis Amynomé et elle alimente Lerne dont l'eau ne tarit jamais même au cours de l'été. Poséidon, qui était tombé amoureux, y consentit à condition que la jeune fille se donnât à lui; elle n'hésita pas un seul instant, obéissant ainsi à l'ordre de son père sans risquer d'encourir son courroux. De cette union naquit Nauplios qui fonda plus tard la ville de Nauplie et fut englouti dans les flots pour avoir blasphémé contre les dieux.
      D'autres amantes
D'Alcyoné, l'une des Pléiades, Poséidon eut une fille, Aethuse, qui fut aimée d'Apollon, et deux fils : Hypérénor et Hyrieus ; ce dernier régna en Béotie et, par le bienfait des dieux, fut père du géant Orion.
Chione, fille de Borée, ayant été séduite par Poséidon, en eut un fils, Eumolpe ; pour cacher sa faute, elle jeta son enfant dans la mer; mais Poséidon le sauva et le porta en Ethiopie, où il le confia à sa fille Benthésicymé, dont Eumolpe devint plus tard le gendre.
Théophane, fille de Bisaltès, était recherchée par de nombreux prétendants pour sa grande beauté. Pour la soustraire à leurs assiduités, Poséidon transporta la jeune fille, qu'il aimait, dans l'île de Crinissa. Les soupirants l'y ayant suivie, le dieu changea Théophane en brebis, les habitants de l'île en moutons et lui-même prit la forme d'un bélier. Théophane donna naissance au fameux bélier à la toison d'or.
Et d'autres....
Culte
Poséidon était particulièrement adoré dans le Péloponnèse : à Sparte mais son culte était également répandu dans toute la Grèce, principalement dans les villes maritimes, où il lui arriva même, comme à Corinthe, à Rhodes, à Ténare, de supplanter la divinité locale. 
Les animaux qui lui étaient voués étaient les chevaux, symboles des sources jaillissantes, et les taureaux, emblèmes de son action fécondante ou de son impétuosité. Au cours de certaines fêtes dédiées à Poséidon, et qui étaient appelées Taureia, on précipitait dans les flots des taureaux noirs. 
De même on célébrait en l'honneur de Poséidon des courses de chevaux.