Dieux olympiens
Apollon
Page 3 sur 9
A la naissance d'Apollon, les cygnes de Méonie tournèrent sept fois autour de Délos en saluant autant de fois de leur chant l'accouchement de Léto, et en mémoire de ce chant, Apollon donna (ou fit donner) sept cordes à la lyre. Quand il bâtit les murs de Troie, c'est au son de sa lyre que les pierres se déplaçaient d'elles-mêmes. Cette connaissance de la musique lui a valu certaines rivalités qui ont entrainé des luttes musicales (Pan, Midas et Marsyas).
    Apollon était encore le dieu de la divination et celui des oracles. Le passé et l’avenir étaient connus de lui, et il les faisait connaître aux hommes.Il annonçait la volonté de Zeus, comme Zeus l'annonçait lui-même autrefois à Dodone. C'est de Zeus qu'il avait reçu ce don de la divination ; il l'a communiqué ensuite à Hermès et à plusieurs autres comme à Calchas, à Cassandre, etc...
Apollon à Delphes, dieu de l'oracle 
     Après un séjour (un an) chez les Hyperboréens , Apollon se dirigea vers Pytho , une région près de la source Castilie (dans une caverne du Mont Parnasse). Là, vivait le dragon Python , fils de la terre (Gaia), il s'agissait d'un monstrueux et terrifiant serpent symbolisant les puissances ténébreuses de la Terre, il massacrait les hommes et les animaux. Il avait été déjà envoyé par Héra pour poursuivre sa mère Létô et l'empêcher de trouver une terre tranquille pour accoucher. Apollon tua Python à l'aide de ses flèches et s'empara d'un vieux sanctuaire oraculaire détenu par Thémis et auparavant défendu par Python. Pytho prit le nom de Delphes en souvenir de la métamorphose d'Apollon en dauphin pour dérouter un navire crétois et affecter ses passagers comme prêtres au service de son culte.
   Delphes fut désormais le centre universel du culte d'Apollon qui devint le dieu de l'oracle, maître des prophéties et de la divinisation après s'être rendu en Thessalie, dans la vallée de Tempé pour se purifier de la souillure du meurtre de Python. Un magnifique et riche temple dédié au culte d'Apollon fut bâti à Delphes. Le dieu donnait ses oracles ambigus par l'intermédiaire d'une prêtresse (prophétesse) connue sous le nom de Pythie assise sur un trépied recouvert par la peau du serpent Python. La Pythie, après avoir accompli des rites destinés à la mettre dans une disposition favorable pour recevoir le dieu, rendait des oracles en vers ou en prose, et le dieu disait « je » par sa bouche ». Les consultants des oracles d'Apollon venaient de toute la Grèce, de l'Europe et de l'Asie.