Héros grec:
Titans
et
Titanides
Prométhée
Deuxième
 génération
Les os pour les sacrifices aux dieux
Arriva le jour où Zeus dut régler un différend entre les hommes et les dieux qui, à l'origine, partageaient la même table : quelle part du sacrifice devait revenir aux uns et aux autres ?
Zeus fit appel à Prométhée pour jouer le rôle de médiateur et faire la répartition : la part des dieux et la part des hommes. On sait que Zeus et Prométhée jouaient sur le même terrain, ils étaient tous les deux des rusés, l'un défendait les dieux, l'autre avait un faible pour les hommes.
Prométhée fit venir un superbe taureau qu'il sacrifia puis découpa. Il fit deux parts inégales, d'un côté les os et la graisse, de l'autre côté, la viande. Pour tromper Zeus, Prométhée recouvrit les os par la graisse appétissante et enroba la viande dans la peau puis dans la panse peu ragoûtante de l'animal.  
Ainsi, les deux parts furent présentées à Zeus qui dut choisir. Zeus choisit la part qui était apparemment la plus appétissante, c'est-à-dire la graisse qui masquait les os, les hommes auraient la viande, ce que voulait Prométhée.  
Ainsi ce choix détermina le rapport définitif entre les dieux et les hommes, il y avait alors séparation totale, aux dieux les os blancs enduits de graisse brillante qui montent vers les cieux sous forme de fumée odorante, aux hommes la viande grillée ou bouillie. A première vue on pourrait croire que Prométhée avait pu tromper Zeus, mais en fait celui-ci n'avait pas été dupe, il avait bien vu le piège grossier de Prométhée et avait joué le jeu pour mieux asservir les hommes.
Prométhée et Athéna
 créent l'homme.
Les hommes deviennent mortels
Certes, les hommes recevaient la part comestible de la bête sacrifiée mais dorénavant ils avaient besoin de manger des nourritures éphémères pour vivre et étaient condamnés à la vie brève (ils étaient mortels), alors que les dieux auxquels étaient réservées les nourritures supérieures : l'ambroisie, le nectar, les fumets et les odeurs, en vertu de ce partage, demeuraient immortels, ils n'avaient pas besoin de manger. En fait, la ruse de Prométhée se retournait contre les hommes, Prométhée n'avait pas vu que les os étaient imputrescibles, ils représentaient l'élément d'immortalité et de vitalité.
Page 3 sur 5