Titans
et
Titanides
Hélios
Sa descendance     
Deuxième
 génération
On lui prêtait de nombreuses aventures amoureuses dont certaines furent difficiles sans doute à cause de la rancœur d'Aphrodite qui avait mal supporté la dénonciation de sa liaison avec Arès à son époux Héphaïstos. De plus c'était un séducteur sans scrupule qui abandonnait ses amantes pour en chercher une nouvelle. Sa nombreuse descendance porte le nom d'Héliade.
En effet , Aphrodite se vengea en inspirant à Hélios une passion ardente pour Leucothoé, fille d'Orchamos, roi de Babylone, et d'Eurynomé. Ayant pris les traits de la vénérable Eurynomé, le dieu put s'approcher de la jeune fille, qui l'accueillit sans méfiance. Cependant Clytie, soeur de Leucothoé, qui avait été honorée elle-même des faveurs du dieu, fut jalouse du bonheur de sa soeur; elle avertit Orchamos, qui condamna sa fille à être enterrée vivante. Hélios accourut, mais ses rayons ne purent "ramener la chaleur vitale dans les membres déjà glacés de son amie". Incapable de lui rendre la vie, il la changea en arbre à encens. Quant à Clytie, voyant le dieu désormais insensible à son amour, elle se laissa mourir de désespoir. Exposée à l'inclémence de l'air, nuit et jour elle était couchée sur la terre sans vêtements, pendant neuf jours sans eau et sans nourriture, elle n'eut pour apaiser sa faim que la rosée et ses larmes... Son corps finit par s'attacher au   sol   et   Clytia   se    métamorphosa    en    héliotrope ( tournesol) dont la fleur se tourne désespérément vers le soleil.
Clytie changée en tournesol par Evelyn De Morgan
 (1855 - 1919) .
Rhodé fut l'une de ses épouses parmi d'autres :   l'Océanide Perséis, dont il eut deux fils, Aéetès et Persès, et deux filles, Circé et Pasiphaé; Néère, qu'il rendit mère de Phaétuse et de Lampétie, les gardiennes de ses troupeaux.
Page 3 sur 5