Éris  était la déesse de la Discorde.
Selon Hésiode, elle est fille de Nyx (la Nuit) et donne naissance seule, comme sa mère, à de nombreux enfants, tous méchants et malfaisants : Ponos (la Peine), Léthé (l'Oubli), Limos (la Faim), , Algea (les Douleurs), Pseudologoi (les Mensonges) et Horkos (le Serment) qui veille sans cesse sur les serments qu'il sanctionne, comme il punit sans pitié le parjure volontaire et bien d'autres allégories. Dans l'Iliade, elle étaitt la sœur d'Arès, dieu de la Guerre ; elle l'accompagnait dans ses combats et tenait en main l'emblème de la guerre. 
Dieux
 primordiaux
1e et 2e générations

Eris et la pomme "A la plus belle"
Eris
Éris joua le rôle de déclencheur de la guerre de Troie. Seule déesse à ne pas avoir été invitée au mariage du roi Pélée et de la nymphe Thétis, elle jeta par dépit dans la salle du banquet une pomme d’or portant l’inscription « À la plus belle ». Le choix que fit le Troyen Pâris, désigné par Zeus comme arbitre entre Héra, Aphrodite et Athéna, conduisit à l’enlèvement d’Hélène, épouse du roi de Sparte Ménélas, et au déclenchement de la guerre entre Grecs et Troyens.
Deux personnifications
      La Discorde
Elle se mêlait aux combats avec Arès et Enyo où les gémissements des blessés la ravissaient. Zeus l'avait chassé de l'Olympe car elle y maintenait une ambiance détestable en dressant les divinités les unes contres les autres.
      L'Emulation
Cependant Éris représentait aussi l'aspect positif de l'émulation : au chant XI de l'Iliade, Zeus l'envoya réveiller l'ardeur au combat des chefs grecs.Ce fut elle aussi qu'Héraclès choisit lorsqu'il rencontra deux femmes au début de ses exploits selon Hésiode.
Éris et Arès seront à la tête des Lapithes lors de leur guerre contre les centaures.
Éris, coupe à lèvres attique à figures noires 
VIe siècle av. J.-C.
Altes Museum