Les Nymphes
Les Epigées
Page 4 sur 6
À ne pas confondre avec les Dryades, les Hamadryades étaient elles aussi les Nymphes des arbres. À la différence de leurs sœurs, elles étaient liées à un arbre, c'est-à-dire que leur destin était le même que celui de l’arbre : elles naissaient et mourraient avec lui. Certains disaient même qu’elles vivaient sous leur écorce.
Les Hamadryades
Il était donc formellement interdit de faire du mal à un de ces arbres, sous peine d’une sentence terrible. Elles n'en étaient cependant pas absolument inséparables. Dans Homère, on les voit s'échapper des arbres où elles étaient enfermées, afin d'aller sacrifier à Aphrodite dans les grottes avec les Satyres. Selon Sénèque, elles quittaient aussi leurs chênes pour entendre le chant du divin Orphée.
Les Hamadryades n'étaient donc pas immortelles, mais la durée de leur existence était au moins égale à la vie des arbres sous l'écorce desquels elles demeuraient.
Le Bûcheron et l’Hamadryade Aïgeïros (1870)
 par Émile Bin (1825-1897).
Musée des beaux-arts Thomas Henry
 à Cherbourg-Octeville (Manche)
. 
C'étaient les Nymphes des frênes. Ces nymphes naquirent du sang qu'Ouranos repandit lorsqu'il fut mutilé par Cronos .Pour commémorer ce mythe, les grecs leur désignaient pour habitat les frènes, avec lequels on fabriquait alors des armes meurtrières qui provoquaient de larges effusion de sang .
Les Méliades
Elles protègeaient les enfants abandonnés sous la ramure des frènes dont la voûte leur servait d'abri naturel contre les intempéries. D'autres traditions reconnaissaient aux Méliades, sans doute pour la même raison, le pouvoir de sauvegarder les troupeaux .