Dieux sur l'Olympe
Eros (Cupidon)
Page 5 sur 7
Psyché et l'Amour endormi (1636)
par pierre Paul Rubens
(1577-1640).
Les soeurs de Psyché lui donnent
une lampe et un poignard
 par Luca Giordano.
Folle de chagrin et de remords, Psyché se jeta dans une rivière. Mais la rivière, compatissante, la déposa sur la berge, où était assis le dieu Pan. Ce dernier conseilla à Psyché de tout faire pour reconquérir l'amour d'Éros. Alors la princesse partit à la recherche de son amant. Elle erra de temple en temple, sans succès. Enfin, elle parvint au palais d'Aphrodite, qui la soumit à toutes sortes d'épreuves, comme une esclave :
     D'abord, elle devait trier, en une soirée, un énorme tas de grains de variétés différentes. Par bonheur, des fourmis, prises de pitié, l'aidèrent à accomplir sa tâche, et le tas est trié à temps.
      Ensuite, elle était contrainte de rapporter à Aphrodite de la laine de moutons à la toison d'or, qui paissaient dans un pré au-delà d'une dangereuse et profonde rivière. Un roseau, ému par l'infortune de la jeune femme, lui indiqua la marche à suivre.
     Puis elle dut rapporter de l'eau du Styx, puisée à même la source. Cette dernière se situait au sommet d'une haute montagne gardée par des dragons. Cette fois, ce fut l'aigle de Zeus qui vint au secours de Psyché tandis qu'elle gravissait la montagne. L'aigle alla remplir une fiole avec de l'eau du Styx, et la remit à Psyché.
      Enfin, la jeune femme dut mettre dans une boîte un précieux flacon contenant une lotion de beauté de Perséphone, la reine des Enfers. Épuisée, Psyché était à nouveau tentée de mettre fin à ses jours. Elle était sur le point de se jeter du haut d'une tour quand, soudain, la tour commença à lui parler, la convainquit de rester en vie et lui indiqua même comment réussir cette épreuve.