Dieux sur l'Olympe
Eros (Cupidon)
Page 4 sur 7
Cependant, Zéphyr, le doux vent de l'ouest, emporta la jeune femme jusqu'à une merveilleuse vallée. Il déposa délicatement la princesse  dans  l'herbe  tendre , non  loin  d'un  magnifique  palais  fait d'or, d'argent et de pierres précieuses. Psyché y pénètra et y     découvrit un savoureux festin qui l'attendait. Après ce repas, elle s'endormit dans une chambre somptueuse.
Plus tard dans la nuit, son mystérieux époux (Éros) la rejoignit, lui demandant de ne jamais chercher à connaitre son identité, cachée par l'obscurité de la chambre. Toutes les nuits, il lui rendait visite puis la quittait avant l'aurore. La jeune femme appréciait de plus en plus les étreintes et les mots doux qu'ils échangeaient alors. Rien ne manquait au bonheur de Psyché, si ce n'était de connaître le visage et le nom de son amant nocturne, et de revoir sa famille. Ses deux sœurs, amenées au palais par Zéphyr, étaient folles de jalousie face à tant de richesse et de bonheur.
Psyché enlevée par les Zéphyrs (1808) , .Pierre-Paul Prud'Hon
Musée de Louvre (Paris).

Psyché et Eros
 par François-Edouard Picot en 1817.
Elles cherchèrent à persuader Psyché que son époux n'était rien d'autre qu'un horrible monstre qui finirait par la dévorer. Terrifiée à cette idée, elle profita du sommeil de son amant pour allumer une lampe à huile afin de percer le mystère. Elle découvrit alors le jeune homme le plus radieux qu'elle n'ait jamais vu. Mais une goutte d'huile brûlante tomba sur l'épaule du dieu endormi, qui se réveilla aussitôt et s'enfuit, furieux d'avoir été trahi.