Dieux sur l'Olympe
Les Charités, les Grâces
Page 1 sur 2
Dans la mythologie grecque, les Charités , assimilées aux Grâces par les Romains, étaient des déesses personnifiant la vie dans toute sa plénitude, et plus spécifiquement la séduction, la beauté, la nature, la créativité humaine et la fécondité. Elles dispensaient aux hommes non seulement la bonne grâce, la gaieté, l'égalité d'humeur, la facilité des manières, mais encore la libéralité, l'éloquence, la sagesse. Leur plus belle prérogative était de présider aux bienfaits et à la reconnaissance.
Selon Hésiode, elles étaient les filles de Zeus et d'Eurynomé. Certaines traditions tardives en font plutôt les filles d'Hélios (le Soleil) et d'Aeglé, ou de Dionysos et de Coronis. Elles étaient généralement trois : Euphrosyne  (joie de l'âme) , Thalie  (verdoyante) , Aglaé  (brillante).Sauf dans un récit que nous content Homère et Hésiode où Aglaé était montrée comme l'épouse d'Héphaïstos,ces trois divinités n'ont pas de personnalité distincte , elles étaient toujours ensemble.
Compagnes d'Aphrodite, la déesse de la beauté leur devait le charme et l'attrait qui assuraient son triomphe.Elles ravissaient les dieux quand elles dansaient au son de la lyre d'Apollon et heureux était le mortel auquel elles rendaient visite. Avec leurs compagnes, les Muses , elles étaient les "reines du Chant" et sans elles, aucun banquet n'était entièrement réussi.
Les trois Grâces.Sculpture de Pradier Jean-Jacques (dit James) (1790-1852).
Musée du Louvre,Paris.

On les représentait jeunes et vierges, et d'une taille élancée. Elles se tenaient par la main, et dans une attitude dansante. Le plus souvent elles étaient nues ou à peine vêtues de légères étoffes, sans agrafes ni ceintures, avec un voile flottant. Dans un groupe de leurs statue, à Élis, l'une tenait à la main une rose, l'autre un dé à jouer, et la troisième une branche de myrte
Les trois Grâces.
 Fresque de Pompéi.