Les vents
Apèliote (sud-est) - Cecias (nord-ouest) - 
Lips ou Libs (sud-ouest) - Sciron (nord-ouest) -
Euronotos - Lapyx - Libonotos - Thracios -
La plupart des peuples de l'antiquité ont personnifié et divinisé les vents.Les grecs en faisaient des génies ailés. Homère considère que les vents ont pour parents Eos et Astréos mais il existe quelques variantes.  
Les vents étaient soumis à l'empire d'Eole qui les tenait enfermés dans les grottes des îles éoliennes. 
 
On leur rendait un culte:on offrait des agneaux, blancs pour les vents amicaux et noirs pour les vents destructeurs. La prière et le sacrifice ont été de bonne heure employés pour apaiser les vents. Dans l'Odyssée, Calypso et Apollon exercent sur ces êtres redoutables assez d'empire pour assurer à Ulysse une heureuse traversée. Avant de prendre la mer, on offre un sacrifice à Poséidon ou aux dieux en général, en leur demandant la même intervention favorable. Dans l'Iliade, Achille promet à Borée et à Zéphyr de belles offrandes, s'ils consentent à venir près du bûcher de Patrocle. Sur la prière d'Achille, les vents accourent et s'emparent de l'âme du héros pour la conduire dans le monde inférieur, pendant que le corps disparaîtra dans les flammes.
Dès les temps anciens les grecs ont distingué quatre vents principaux Borée, Euros, Notos et Zéphyr en plus d'Eole le maitre des vents. Plus tard on porta leur nombre à huit voire douze et ils avaient pour nom: 
Euros
Borée
Notos
Zéphyr